Implants fessiers ou Brazilian Butt Lift

Implants fessiers ou Brazilian Butt Lift

La chirurgie des fesses est particulièrement fréquente dans les pays sud-américains et spécialement le Brésil. Cette pratique est de plus en plus demandée en Europe et en France notamment. Il n’est pas rare aujourd’hui que des personnes avec des “fesses plates” ou tombantes souffrent d’un vrai complexe et envisagent un recours à la chirurgie esthétique à la Clinique Sainte Victoire pour y remédier.

L’augmentation des fesses par prothèses

Lorsque le volume des fesses est vu comme insuffisant par rapport à la morphologie du ou de la patient(e), cela peut être corrigé grâce à la pose de prothèses. L’hypoplasie fessière peut être présente dès l’adolescence ou bien être secondaire, après une perte de poids importante. Elle peut être isolée ou associée à une ptôse, un affaissement de la fesse. La peau est distendue.
La chirurgie des fesses encore appelée plastie d’augmentation fessière par prothèses, est donc bien souvent la solution pour retrouver une silhouette plus harmonieuse et des fesses plus rebondies.

L’augmentation du volume des fesses peut se faire grâce à la pose de prothèses en silicone. En général, l’opération permet également de remonter et de corriger la forme de la fesse. L’analogie avec une prothèse mammaire est évidente, sauf que dans le cas, ce sont des implants spécialement dédiés à une augmentation fessière.

Les volumes des implants fessiers vont de 300cc à 600cc, selon la morphologie du patient ou ce qu’il souhaite mettre en place. Lors de l’intervention, les implants sont placés au niveau du muscle grand fessier. Le volume est choisi lors d’une consultation au préalable. L’opération se déroule sous anesthésie générale et peut durer entre 2 et 3 heures. Il est nécessaire par la suite de porter un panty de contention pendant 6 semaines, jour et nuit. Les cicatrices sont discrètes, au niveau du sillon inter-fessier, et mesurent environ 4 cm.

Il est possible de réaliser une lipoaspiration dans le même temps, de manière à remodeler la silhouette. Dans ce cas, la graisse extraite peut être réutilisée pour compléter l’augmentation du volume de la fesse.

Le Brazilian Buttock Lift ou le lipofilling des fesses

L’augmentation des fesses par lipofilling est très pratiquée au Brésil et est connue sous le nom de Brazilian Butt Lift ou BBL. Il s’agit en fait d’une lipoaspiration puis d’un lipofilling des fesses avec la propre graisse du ou de la patiente. Cette technique permet de remonter les fesses et agit aussi bien sur la silhouette globale que sur les fesses.

Pour pouvoir bénéficier de cette intervention, il faut que le ou la patiente possède assez de surcharge graisseuse mais que son poids soit stable car la graisse réinjectée va suivre les différentes variations pondérales que pourrait connaître le ou la patiente.

C’est une technique vue comme plus naturelle, qui ne laisse pas de cicatrices et dont les effets sont durables dans le temps. Le lifting brésilien aident les personnes dont le galbe des fesses est effacé ou qui veulent des fesses plus rebondies, plus fermes. En rehaussant les fesses, ces personnes retrouvent une silhouette plus harmonieuse, qui leur convient mieux. L’intervention peut également servir à supprimer une culotte de cheval trop développée.

Le lifting brésilien est plus apprécié des patients car il n’utilise pas d’implants ou de prothèses en silicone. Seule la graisse de la personne est utilisée. Ainsi, aucun risque de rejet !

C’est une opération qui se déroule sous anesthésie générale et dure entre 2 et 3 heures, selon l’ampleur de l’opération. Les cellules adipeuses aspirées sont purifiées dans une centrifugeuse avant d’être réinjectées dans les fesses grâce à de petites incisions. Le résultat est véritablement visible 3 mois après car une fonte de 30% de la graisse injectée est à prévoir dans les trois mois qui suivent l’intervention. C’est un résultat définitif, sauf en cas de variations de poids. Il convient donc de suivre un régime alimentaire équilibré et de garder une activité physique régulière pour entretenir la silhouette.

Après le BBL, il faut porter un panty jouer et nuit et ce pendant 6 semaine et attendre un mois avant de refaire du sport.

Plus d’informations et tarifs :

Consultez la page dédiée : www.cliniquesaintevictoire.com/la-plastie-daugmentation-fessiere-par-protheses/

La liposuccion, culotte de cheval et poignées d’amour

La liposuccion, culotte de cheval et poignées d’amour

La liposuccion est une méthode qui existe depuis de nombreuses années et continue aujourd’hui de faire ses preuves. Il s’agit, même à l’heure actuelle, d’une technique de référence pour effacer les rondeurs et bourrelets tenaces, qui résistent aux régimes et à l’activité physique, notamment au niveau des poignées d’amour ou de la culotte de cheval.

Focus sur la liposuccion ou lipoaspiration médicale

La liposuccion est une intervention de chirurgie esthétique qui connait toujours un véritable engouement , tant chez les hommes que chez les femmes. Il s’agit d’une opération légèrement invasive qui s’effectue sous anesthésie locale ou générale. Il s’agit avant tout d’aspirer les cellules graisseuses responsables des bourrelets disgracieux et récalcitrants dans certaines zones du corps (cuisses, hanches, ventres, etc.). La liposuccion a fait ses preuves sur certaines zones du corps, notamment les poignées d’amour ou la culotte de cheval et elle aide à redessiner la silhouette, à la rendre plus harmonieuse également.

Quelle différence avec la cryolipolyse ? 

Les nombreux progrès réalisés dans le domaine de la médecine esthétique permettent également de proposer aux patients un traitement des tissus graisseux par le froid, appelé Cryolipolyse ou Coolscupting, moins invasive et sans intervention chirurgicale. Grâce à la crylipolyse, les cellules graisseuses sont détruites par le froid intense et éliminées naturellement par l’organisme. Elles ne peuvent pas se reformer, d’où l’efficacité et le succès d’une telle intervention. 

La liposuccion pour faire disparaître la culotte de cheval

La culotte de cheval, également nommée « trochanter » d’après l’os qui se loge dans cette région du corps, est une des zones clé de la silhouette. En effet, c’est dans cette zone que les courbes de la partie supérieure rejoignent celles du bas du corps. Pour avoir une silhouette harmonieuse, l’idéal serait donc de supprimer les amas graisseux localisés dans cette zone.

Chez la femme, la « culotte de cheval » forme une courbe vers l’extérieur qui suit le creux des hanches. C’est de cette façon que la silhouette féminine peut former un « S » plus harmonieux. La culotte de cheval se doit donc d’être quelque peu bombée.

La liposuccion de la culotte de cheval a été l’une des premières interventions réalisées, notamment chez les femmes, dès les années 70. En effet, les dépôts graisseux, souvent d’origine génétique et donc plus répandus chez les femmes, ont tendance à se former dans cette zone et à modifier la silhouette. La culotte de cheval est plus rare chez les hommes, même si cela reste possible.
Pour traiter ce phénomène, il suffit de réaliser une micro-incision dans la partie haute et latérale de la cuisse et de retirer la graisse profonde qui s’y amasse. En moyenne, lors de la lipoaspiration, ce sont près de 300 à 400 ml de graisse qui sont retirés. Cette graisse est détruite définitivement et ne revient pas.

Redessiner les poignées d’amour

Le plus souvent, chez l’homme, il est plutôt fait mention de « poignées d’amour », même si cela s’applique également au corps des femmes. Il s’agit d’une zone qui correspond, de manière anatomique, aux hanches soit les zones sur le côté du bassin qui se prolongent dans le dos.

Ces zones peuvent être disgracieuses chez la femme dès lors qu’elles sont plus développées que la partie basse du bassin ou la culotte de cheval. Un amas graisseux se forme au-dessus de la fesse et un creux peut apparaître du côté de la hanche. Chez l’homme, les mêmes zones peuvent être trop développées et même être plus denses que chez la femme. Souvent, cette zone peut créer des complexes chez l’homme dès lors qu’elle dépasse du pantalon ou se voit lorsque l’homme porte une chemise près du corps.

Il est alors possible de faire appel à la chirurgie et d’opter pour une lipoaspiration, intervention qui peut s’associer à du Coolsculpting soit traiter la graisse par un froid extrême pour détruire les cellules graisseuses.

La liposuccion apparaît comme une solution efficace pour lutter contre les amas graisseux localisés dans la zone des poignées d’amour ou sur la culotte de cheval et qui résistent à une alimentation saine ainsi qu’à l’exercice d’une activité physique régulière.

Attention tout de même, l’ensemble de ces opérations permettent de corriger ou de remodeler la silhouette. Elles ne sont pas des moyens de perdre du poids sur du long terme, pour cela il convient de garder une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée

L ‘hypertrophie mammaire

L ‘hypertrophie mammaire

Lorsque la poitrine est trop volumineuse et que les seins ont tendance à tomber, cela peut vite devenir un véritable complexe difficile à assumer pour les personnes concernées. Il s’agit, dans ce cas, d’une hypertrophie mammaire, qui peut se corriger grâce à la chirurgie esthétique.

Qu’est-ce que l’hypertrophie mammaire ?

L’hypertrophie mammaire vient d’un développement excessif de la glande mammaire et peut s’accompagner, ou non, d’un excédent de graisse. Contrairement aux croyances, cela peut toucher aussi bien les hommes que les femmes.
Cela peut vite devenir très handicapant dans la vie de tous les jours, non seulement d’un point de vue esthétique mais également psychologique.

Chez la femme, l’hypertrophie mammaire peut se caractériser par un volume trop important de la poitrine, par rapport à la morphologie de la patiente. Cela peut être particulièrement gênant au moment de la pratique d’une activité physique, ou lors de n’importe quelle activité. Il peut être compliqué, dans ce cas, de trouver des sous-vêtements adaptés. L’hypertrophie mammaire, souvent accompagnée de ptôse, peut entraîner des douleurs au niveau des cervicales, des épaules ou du dos. Elle est également la cause de nombreux problèmes de confiance en soi.

Un sein « normal » a un volume moyen de 200 à 350 centimètres cubes. En cas d’hypertrophie, ce volume augmente. Il existe plusieurs niveaux d’hypertrophie mammaire :

  • entre 400 et 600 centimètres cubes (modérée)
  • entre 600 à 800 centimètres cubes (assez importante)
  • entre 800 à 1000 centimètres cubes (importante)
  • et au-delà de 1000 centimètres cubes (très importante).

Les hommes peuvent aussi être impactés par l’hypertrophie. Dans leur cas, il est fait mention de gynécomastie. Elle peut être due à un dérèglement hormonal qui entraîne l’apparition de seins visibles. Si à la puberté, elle est temporaire, elle peut être permanente pour les hommes aux alentours de 50 ans, puisque liée à une diminution des taux de testostérone.

Lorsque l’hypertrophie devient un problème au quotidien, il faut avoir recours à une opération de chirurgie esthétique.

Quelles opérations pour la corriger ?

Pour traiter l’hypertrophie mammaire, il convient de passer par une chirurgie de la poitrine : la réduction mammaire. Il s’agit de réduire la taille de la glande mammaire pour redimensionner la poitrine et l’harmoniser avec la taille et la morphologie du/de la patient/e.
Le diagnostic de l’hypertrophie peut être posé en se basant sur la taille du bonnet du soutien-gorge, la stature de la patiente et son IMC. Souvent, lorsque le bonnet est au E, au F ou plus, l’hypertrophie est avérée.
Pour soulager le/a patient/e, la réduction mammaire est la seule opération envisageable. Elle consiste à diminuer le volume des seins, à remonter et remodeler la poitrine et à traiter une éventuelle asymétrie.

Le déroulement de l’intervention et ses suites

Avant de se faire opérer, le/la patient/e doit consulter le chirurgien à Aix en Provence deux fois. Cela permet d’étudier sa morphologie et de prendre ses souhaits en compte. Pour les patientes de plus de 35 ans, il est possible de réaliser une mammographie. Il faut prendre rendez-vous avec l’anesthésiste au maximum 48h avant l’opération.

C’est une opération qui se réalise sous anesthésie générale et dure entre 1h30 et 2h. Il faut poser un pansement en forme de soutien-gorge sur la poitrine à la fin de l’intervention.

Les suites sont peu douloureuses, les fils posés résorbables. Selon l’activité professionnelle, il faut un arrêt de travail entre 8 et 20 jours. Il est interdit de porter des charges lourdes ou de faire un quelconque effort physique durant les trois premières semaines. Le port d’un soutien-gorge de contention est préconisé.

Après l’intervention, la/e patient/e se sent plus à l’aise dans son corps, plus léger/ère et ose porter les vêtements qu’il/elle souhaite. Il est possible de pratiquer n’importe quel sport et de retrouver confiance en soi. Cela améliore la vie intime et évite les regards ou commentaires disgracieux et déplacés sur la poitrine.

L’HydraFacial, un nouveau protocole beauté pour la peau

L’HydraFacial, un nouveau protocole beauté pour la peau

Le soin HydraFacial, venu des Etats-Unis, permet un nettoyage de la peau en douceur mais très efficace sur les divers problèmes cutanés, les pores dilatés et l’excès de sébum. Il s’agit d’un traitement sans douleur qui rend la peau plus belle.

En savoir plus sur l’HydraFacial

HydraFacial propose un protocole de soins complet et rapide permettant une hydradermabrasion de la peau, un peeling doux, une extraction des impuretés (points noirs, comédons, etc.) et une hydratation, en profondeur, de la peau.

C’est un traitement efficace et non invasif qui offre des résultats très intéressants sur la qualité de la peau. L’avantage, c’est qu’il s’agit d’un soin sur mesure, qui s’adapte à toutes les particularités de l’épiderme du ou de la patient(e).
L’HydraFacial permet d’augmenter l’éclat de la peau, d’effacer les points noirs, les rides aussi, de réguler l’excès de sébum tout en resserrant les pores.

Comment se passe la séance ?

Avant la séance, un diagnostic de la peau est établi pour connaître le type de peau, les impuretés à déloger et les besoins du ou de la patient(e).

Une séance dure en moyenne entre 30 et 60 minutes, selon les besoins du ou de la patient(e) et le nombre de boosters à injecter dans l’épiderme.

Une séance se découpe en trois étapes primordiales : le nettoyage, l’exfoliation, et l’hydratation. Les soins sont tous effectués grâce à un appareil à main, qui ressemble à un stylo, et peut donc agir avec plus de précision.

Tout d’abord, les cellules mortes et l’excès de sébum sont éliminés grâce à l’hydradermabrasion (il s’agit d’une micro-dermabrasion utilisant l’air et une solution, appliquée par une machine à main spécifique). Ensuite, une exfoliation est réalisée, en douceur, grâce à un hydropeeling riche en acides de fruits. La peau est nettoyée en profondeur.

Les points noirs, comédons ou autres impuretés présentes dans les pores de la peau sont ensuite extraits grâce à une succion par aspiration sous vide, qui est indolore.

Une fois ces deux étapes réalisées, la peau est infusée avec des sérums et des boosters tous choisis selon le type de peau et les différentes imperfections présentes. Un sérum composé d’acide hyaluronique et de peptides est utilisé, auquel il est possible de coupler des skinboosters spécifiques (cocktails puissants d’anti-oxydants agissant sur les taches, les signes du temps qui passe, ou encore pour réguler les peaux grasses ou à tendance acnéique et aussi des sérums hydratants pour les peaux sèches).

Il est aussi possible après le séance de compléter les soins avec des LED (bleues ou rouges selon l’utilisation), de façon à optimiser les résultats. 

Hydrafacial Aix En Provence

Et au niveau des résultats ?

HydraFacial permet de rendre le teint plus homogène, de repulper la peau et de corriger les imperfections visibles sur la surface de la peau. Après une séance, la peau est hydratée en profondeur, plus éclatante et la régénération cellulaire est stimulée. Cela permet d’agir et de prévenir les signes du vieillissement cutané.

Certains effets sont immédiatement visibles comme l’éclat de la peau et sa douceur. Les points noirs sont éliminés, les pores purifiés.

Il est recommandé de programmer une séance toutes les 4 à 6 semaines pour entretenir les effets obtenus. S’il s’agit de lutter contre un certain type d’imperfections comme un teint terne, une peau grasse ou des pores dilatés, un traitement toutes les deux semaines peut être une bonne idée.

En savoir plus sur Hydrafacial à Aix en Provence

Comment lutter contre la cellulite

Comment lutter contre la cellulite

La cellulite peut toucher bon nombre de femmes et présenter un vrai problème. C’est un phénomène à l’origine de nombreux complexes mais qui peut trouver des solutions, en médecine esthétique notamment.
Quels sont les traitements les plus efficaces contre la cellulite et proposés par la Clinique Sainte Victoire à Aix-en-Provence ? 

D’où vient la cellulite ? 

La cellulite peut faire son apparition sur plusieurs zones du corps : jambes, ventre, fesses et même bras.
Elle peut être due à un surplus de graisse gorgeant les adipocytes, soit les cellules qui stockent du tissu adipeux. Cela donne alors la cellulite adipeuse. Les adipocytes en prenant du volume déforment la surface de la peau et produisent alors le fameux effet “peau d’orange”. 

Il se peut que la cellulite adipeuse devienne fibreuse. Dans ce cas, elle est plus douloureuse. Il s’agit d’une cellulite installée depuis longtemps et qui est produite par une surproduction de fibres de collagène rigides dans le tissu adipeux. 

La cellulite aqueuse est provoquée par un excès d’eau dans les tissus cutanés. Cela peut arriver lorsque la circulation lymphatique ne suffit pas à éliminer tous les surplus de liquides présents dans le corps. 

La liposuccion

Pour se débarrasser de la cellulite, il est possible d’envisager une liposuccion ou lipoaspiration.
C’est une intervention qui consiste à retirer les excès de graisse localisée dans certaines parties du corps, de manière définitive. L’intervention aide à redessiner la silhouette et à la resculpter. Il s’agit là d’une technique très efficace car il n’y a pas de récidive : les cellules graisseuses aspirées sont détruites et ne se remplacent pas. 

Il est possible de réaliser la liposuccion sur diverses parties du corps (cuisses, hanches, abdomen, taille et même dans le double menton ou le dos).
Des micro-canules sont passées par de légères incisions et permettent donc d’aspirer la graisse très efficacement. 

En savoir : Liposuccion

Cryolipolyse

Il s’agit d’une intervention visant à amincir certaines zones du corps en utilisant le froid. En effet, la cryolipolyse gèle les zones graisseuses, ce qui a pour effet de détruire les cellules graisseuses et d’affiner la silhouette. 

La zone à traiter est aspirée à l’aide d’une ventouse et d’un appareil à main, et exposée à un froid intense. Cela détruit donc progressivement les cellules graisseuses. Le résultat est visible après le premier mois de traitement. La cryolipolyse a un fort impact sur la cellulite et est particulièrement efficace en plus d’être non invasive. 

Pour en savoir plus : Cryolipolyse

Cellfina

Cellfina est un traitement agissant sur la cellulite des fesses et de l’arrière des cuisses. Il promet un résultat durable. Il traite l’aspect des capitons et redonne naissance à la peau. Pour obtenir des résultats, une seule séance peut suffire. Il s’agit d’un traitement clinique peu invasif qui permet donc d’améliorer l’apparence de la cellulite sur le long terme. 

Cellfina est une technique brevetée, vraiment innovante qui agit directement sur les capitons. L’intervention dure moins d’une heure, sous anesthésie locale. Lors de l’intervention, la zone à traiter est anesthésiée grâce au dispositif sécurisé Cellfina. Ensuite, chaque zone de capitons à traiter est immobilisée grâce à l’aspiration, au niveau des couches superficielles de la peau. Le dispositif possède une micro-lame qui va sectionner les septas fibreux et ainsi les libérer. Ce sont les principaux responsables de l’apparence des capitons.

Pour en savoir plus : Cellfina

Le tabac et la chirurgie esthétique, association risquée

Le tabac et la chirurgie esthétique, association risquée

A quelques jours du lancement de l’opération  » le mois sans tabac », il est important de revenir sur les très fortes contre indications entre tabagisme et chirurgie esthétique.

De nombreuses études sont formelles : la consommation de tabac a bien sûr des effets nocifs sur l’organisme, mais cela est encore plus vrai lorsque l’on fait appel à la chirurgie, surtout dans les semaines précédant une intervention. Ainsi, il est vivement conseillé d’arrêter de fumer, lorsque vous vous prévoyez d’avoir recours à une intervention esthétique. 

Tabac et chirurgie : liaison dangereuse

En plus de présenter un risque pour votre santé de façon générale, le tabac est aussi un facteur de risque opératoire.
Il peut favoriser la survenue de complications pendant un acte de chirurgie esthétique et dans les jours qui suivent. 

Choisir d’arrêter totalement de fumer (et sans utiliser de dérivés contenant de la nicotine comme une cigarette électronique ou des patchs) avant la date prévue de votre intervention permet de réduire, et ce de manière considérable, ces risques. Voire de les faire disparaître complètement. 

Les risques encourus

Peu importe l’opération de chirurgie esthétique qui est prévue (rhinoplastie, liposuccion ou chirurgie mammaire), les risques sont les mêmes. Le tabac peut favoriser un manque d’oxygène des tissus. De fait, le tabagisme agit sur la cicatrisation des tissus et peut entraîner une nécrose. Les cicatrices liées à l’opération peuvent même être plus foncées et parfois, dans certains cas, les points de suture peuvent ne pas tenir, surtout si les tissus sont très abîmés. 

Certaines opérations ont tendance à traumatiser les tissus et être fumeur(se) peut augmenter le risque de complications et avoir des conséquences néfastes sur la qualité et la santé de la peau. 

Le tabagisme peut aussi provoquer des complications cardiovasculaires et respiratoires. Parfois, une embolie pulmonaire peut apparaître après une opération de chirurgie esthétique si le patient fumeur n’a pas arrêté de fumer à temps. Dans le pire des cas les patients peuvent souffrir d’oedèmes ou de phlébites, aux conséquences particulièrement fâcheuses. 

De plus, lorsqu’une personne fume, les risques d’infection post-opératoires sont accrus. De fait, l’hospitalisation de la personne après une opération de chirurgie esthétique peut être plus longue, due à l’apparition de ces diverses complications. Cela peut durer quelques jours supplémentaires voire même des semaines selon la gravité du problème post-opératoire rencontré par le ou la patiente. 

Le tabagisme peut multiplier par 2 le risque d’un transfert non programmé du ou de la patiente en service de réanimation après son opération. 

Quand arrêter de fumer ? 

Il est vivement conseillé d’arrêter de fumer avant une opération et même de ne pas reprendre après l’opération et ce, le plus longtemps possible. En règle générale, la recommandation fait mention d’un mois d’arrêt du tabac avant l’intervention de chirurgie esthétique. Certains chirurgiens sont plus sévères et préconisent un arrêt de 6 semaines avant l’opération. 

Si le ou la patiente rencontre des difficultés pour arrêter de fumer, il ou elle peut respecter un délai de 3 semaines sans fumer. Cela peut augmenter un peu les risques mais tout en restant correct. Si arrêter de fumer s’avère plus difficile que prévu, il faut tout de même veiller à ne pas,fumer du tout durant les 48 heures qui précèdent l’opération. 

Certaines études ont démontré que près de 40% des personnes qui arrêtent de fumer avant une opération de chirurgie esthétique ne reprennent jamais la cigarette ou bien alors pas de manière quotidienne.